L’Hôtel City Plaza

 

Interlude  au voyage !

Du 7 février au 3 juin !

Quatre mois à City Plaza.

Lors de mon précédent article, je vous informais de notre intention à Anaïs et moi, à rester pendant un mois dans un lieu nommé City Plaza. Mais qu’est-ce que City Plaza ?

Beaucoup de journalistes, volontaires, bloggeurs, ont écrit à ce sujet. Je vous invite à aller lire leurs articles très inspirants !

http://wearecityplaza.com/fr/

Anaïs, Nathan, Jamie

https://derootees.wordpress.com/2017/03/07/live-together-fight-together-penser-et-organiser-laccueil-en-dehors-des-camps/

 

En espérant ni plagier, ni re-répéter ce que d’autres ont bien mieux écrit, j’ai envie de vous livrer, ce qu’est city plaza pour moi !

17353223_1693008144324855_3837114539614570597_n

Comment vous décrire cet endroit !

  • Bruyant ; des cris des enfants, des conversations de leurs parents, des rires entre les volontaires et les migrants. Bruyant, car c’est le lieu de vie de 400 personnes.
  • Epuisant ; des sollicitations des uns et des autres, de devoir toujours s’adapter, des minimes conflits internes liés aux activités quotidiennes de la vie ensemble, de stresse et de colère face à l’irrésolution de la problématique des migrants. Epuisant, car c’est le lieu de vie de plus d’une vingtaine de cultures différentes.
  • Déconcertant ; il m’a fallu plus d’une semaine pour réussir à trouver le sommeil. Tant d’informations, tant de visages, tant de problématiques et d’espoirs, à traiter le soir. Il m’était impossible de fermer les yeux, et ce malgré ma fatigue quasi-constante depuis mon arrivée dans le squat. Chaque soir, je revivais ma journée, analysant chaque conversation, essayant de trouver des solutions aux problèmes, me laissant aller aux multiples émotions qui m’envahissaient. Déconcertant car c’est un lieu de vie qui fonctionne malgré ses difficultés et ses contradictions.
  • Ressourçant ; car malgré ma fatigue proche de l’épuisement, j’ai tiré une énergie et une force de ce lieu et de ces personnes. Un équilibre me rendant apte à travailler, rire, jouer, et converser normalement. Ressourçant, car c’est un lieu de vie autonome, qui vit grâce à la participation et l’énergie de tous.
  • Riche ; en émotions, en rires, en histoires, en cultures, en relations humaines. Riche car c’est un lieu de vie qui inspire, et donne de l’espoir pour l’avenir.

 

Deux semaines après notre arrivée, nous avons pris la décision de nous laisser plus de temps à City Plaza pour mieux comprendre le lieu, sa raison d’être, et surtout ses habitants. Un mois ne nous semblait pas suffisant pour intégrer toutes ces éléments. Etre des volontaires de passage n’était plus suffisant.

Parmi les divers sentiments qui me traversaient, s’ajoutait une certaine forme de culpabilité, dû au hasard qui nous a fait naître française. Sentiments d’injustice face à la difficulté des migrants à franchir les frontières, et notre facilité, passeport français en main, à traverser les différents pays en pédalant. Sentiments d’injustice face à leur fuite loin de leur pays, abandonnant leur famille (avec peu d’espoir de les revoir un jour), leur culture, leurs repères. Sentiments d’injustice face à notre liberté de pouvoir faire le choix de voyager en direction de leurs terres, qui nous font rêver. Sentiments d’injustice face au non accueil des pays Européen, d’une population réputée par tous pour accueillir l’étranger comme un roi.

Sentiments d’injustice qui a fait naître en nous un besoin d’agir, d’aider, de réfléchir à des solutions. Et c’est comme ça qu’on s’est retrouvée à prendre en charge, conjointement avec d’autres volontaires, les activités pour les enfants, et à participer aux différents tâches déjà proposées (cuisine, sécurité du squat, ménage, manifestation politique, …).

Les semaines ont passé, et en prenant un peu de recul, je me suis interrogée sur mon implication, avec l’impression de n’être qu’un pion sans importance, et sans pouvoir. Quel avenir à proposer aux migrants ? Quels espoirs pour une meilleure situation ?

Un sentiment d’impuissance m’a accompagné pendant quelques jours, même si j’avais à l’esprit l’importance de faire sa part (adage des Colibris). Et puis j’ai réalisé, grâce à différentes conversations, l’importance de simplement considérer les migrants comme des êtres humains, de discuter avec eux, de passer du temps ensemble, à jouer, rire, danser, tisser des liens, des amitiés. Sans tout comprendre à la politique nationale, européenne et mondiale, je prône une nouvelle politique, celle du quotidien. Montrer l’exemple, un exemple humain à travers des actes quotidiens. Montrer l’exemple que des humains de différentes nationalités, cultures, religions et éducations, alors même que leurs pays sont en conflits, ou en guerre, peuvent partager un quotidien. Quotidien qui comporte son lot de problèmes allant parfois jusqu’à des propos racistes. Montrer un exemple : on est différent mais on peut tous vivre ensemble.

Alors, ce n’est plus moi isolée dans mon coin, qui fait « ma part », mais 400 personnes vivant ensemble dans une grosse maison à Athènes. Et alors, reprenant une citation de ma chère sœur, « ce sont des petites gouttes d’eau qui font une grosse vague ! » tout prend sens !

Vivre à City Plaza, c’est vivre dans un autre monde, je ne suis plus à Athènes, plus en Grèce, plus en Europe. Je vis dans une autre réalité. Je vis dans un monde alternatif. Une alternative, riche et défaillante, en constante recherche d’amélioration. Une alternative, où nous vivons tous ensemble.

 

Vous pouvez suivre l’actualité de cette grosse maison qui, même si elle existe dans un monde alternatif, reste connecté à la planète terre !

https://www.facebook.com/sol2refugeesen/photos/a.1572069656418705.1073741829.1568287556796915/1694795950812741/?type=3

 

Vivre à City Plaza était tellement épuisant qu’il m’a fallu attendre de reprendre la route pour pouvoir écrire et publier cet article.

Pendant ces quatres mois, Anaïs et moi, nous nous sommes impliqué auprès des enfants. Nous avons participé à la mise en place d’une salle de jeux, d’un jardin, participé aux classes d’anglais, voir parfois remplacé le professeur, et organisé des sorties à l’extérieur (football, parc, classe de musique, plage).

 

Un travail épuisant, mais riche en émotions. Des enfants, traumatisés, par le chemin pour venir jusqu’en Europe. Des enfants, reflets des difficultés à vivre ensemble. Des enfants, qu’on a essayé de comprendre. Des enfants, auxquels on s’est attachées. Des enfants, à qui on a essayé de transmettre quelques unes de nos valeurs de respect, de non violence, et d’amour pour tous. Des enfants, qu’on a eu beaucoup de mal à quitter.

Mais le chemin nous rappel. Le voyage se poursuit.

En quatre mois, des changements ont opéré en moi. J’apprécie le hasard qui m’a fait naitre en France. Et malgré le sentiment d’injustice toujours présent en moi, c’est avec le souhait d’en apprendre plus sur les différentes cultures rencontrées à City Plaza, de comprendre la fuite de ces familles, que je repars en direction de l’Est.

Et peut être que la route nous invitera à nous impliquer dans d’autres actions humanitaires !

Et s’en vouloir abuser de votre générosité (après notre projet solidaire au Kosovo) vous pouvez soutenir ce projet en cliquant sur ce lien :

https://www.youcaring.com/refugeeaccommodationandsolidarityspacecityplaza-716186

 

Mais surtout signer et partager cette pétition. Parce que quelques jours après notre départ de City Plaza, nous sommes très inquiet pour nos nouveaux amis, et toute les familles qui vivent à City Plaza. Car le gouvernement grec a décidé de faire évacuer le squat.

pétition

ixRzMAXaKxzfJwD-800x450-noPad

 

See you soon pour la suite de nos aventures en Turquie !

Petit changement pour la suite ! A Istanbul, nous retrouverons Nathan avec qui nous poursuiverons le voyage.

 

 

Publicités

Une réflexion sur “L’Hôtel City Plaza

  1. Merci de nous partager ton expérience, merci de faire ta part de colibris qui est énorme par rapport à la notre, bien tranquille dans notre pays si peu accueillant… JE SUIS FIERE DE TOI, JE T’AIME
    Moune

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s