Kosovo

Jeudi 3 et vendredi 4 novembre !

Arrivées au Kosovo nous commençons par fêter nos 2000kms.

dscn2179

 

Toujours avec Jamie, nous passons deux jours à Prizren. Nous visitons la ville, ses rues en pavés, ses murs peints, ses ponts en pierre. Nous entrons dans notre première mosquée, échangeons quelques sourires complices avec une musulmane chargée de l’entretien, heureuse de nous faire découvrir sa culture dans les recoins de la mosquée. Nous nous promenons dans la campagne environnante, marchons sur un sentier pédestre montant jusqu’à la ruine d’un fort, d’où nous photographions un très beau point de vue sur la ville.

Prizren est une jolie ville, recommandée par tous ceux qui l’ont visitée. Vivante, malgré le froid et le mauvais temps. Cafés et bars bruyants de jeunes. Où la seule difficulté pour moi, aura été de respirer l’odeur de cigarette. Parce qu’ici (et ce depuis la Croatie), même si la loi l’interdit, tout le monde fume à l’intérieur. A Prizren nous pouvons apprécier le mix des cultures. L’Occident dans l’Orient. Le mix des religions, orthodoxe, musulmane, catholique, qui cohabitent en paix

A Prizren nous avons aussi rencontré des jeunes. Ils aiment leur pays, leur culture. Ils aimeraient comme nous, visiter le monde, mais les frontières de l’Europe leurs sont fermées. Une demande de visa pour venir visiter la France coûte cher, et trop souvent le visa est refusé, l’argent est alors perdu (le salaire d’un kosovare moyen = 250euros/mois).

Ils aiment leur pays, leur culture. Mais le manque de perspective d’avenir et la difficulté pour trouver un emploi stable, les poussent parfois à quitter leur famille pour essayer de survivre ailleurs. Mais souvent ils reviennent. L’interculturalité est un mot compliqué, qui demande une ouverture à l’autre, à la différence, et qui nécessite parfois de perdre ses repères pour briser l’incompréhension.

Alors ces jeunes qui aiment leur pays, leur culture, qui sourient en surface, en cachant leurs larmes, ont commencé à laisser une trace dans nos cœurs.

15135578_1359065090790820_1939145930_n

 

Samedi 5 novembre !

Après ces deux jours de repos, nous saluons Jamie, et reprenons la route, en direction de Biqec, où vit la famille Dullovi. Mais d’abord pour y parvenir nous grimpons notre deuxième col à 1500m, dont 1000m de dénivelé en quelques heures. Facile, malgré le froid. Nous sommes fières de nous, mais ne restons que quelques minutes au sommet, pressées de redescendre afin de gagner quelques degrés avant la nuit.

dscn2241

 

 

Arrivées à Shtërpcë, nous demandons l’hospitalité pour planter notre tente dans un jardin. Plutôt que de dormir dehors, nous acceptons la proposition de nos hôtes. Et troquons un canapé au chaud, contre la pelouse de leur jardin. Au fil de la conversation, alors que nous baragouinons les quelques mots albanais que nous connaissons, nous comprenons que nos hôtes sont serbes. Non, nous n’avons pas traversé une nouvelle frontière, nous nous sommes seulement arrêtées dans un des quelques villages serbes au Kosovo. Ici on parle Serbe, on paye avec des dinars, et l’université la plus proche est à Belgrade (en Serbie). Les relations avec les Kosovars sont la plupart du temps évitées. Quelques kilomètres, et pourtant tout un autre monde.

Le soir, la jeune femme nous maquille et nous prête des vêtements pour sortir dans les bars du village. Après deux mois de voyage, sans maquillage, des douches à 500ml d’eau ou à la lingette, à porter les mêmes vêtements, j’ai l’impression d’être une nouvelle personne dès les deux premiers coups de crayons.

 

Dimanche 6 novembre !

dscn2248

 

Le lendemain, nous roulons jusqu’à Biqec, où nous sommes accueillies par la famille Dullovi. Pourquoi avons-nous pédalé jusque-là, dans ce petit village du Kosovo, à 30 kms de Skopje (capitale de la Macédoine) ? Grâce à Anaïs, et surtout grâce à Osman Dullovi, son ami, qui nous a permis de rencontrer sa merveilleuse famille.

dscn2302

Arrivées le dimanche 6 novembre, nous devions y séjourner le temps d’une semaine. Rapidement adoptées par les enfants, pour les parties de foot, les jeux de cartes, et les leçons d’Albanais. Nous passons la première semaine, entre bourdes et maladresses à essayer de comprendre le quotidien de cette famille. Entre les visites des cousins/voisins, les cérémonies thés, les biscuits apéro après le repas du soir, et les cafés ou les boissons sucrés qu’on n’ose pas refuser.

Petit à petit, nous apprécions le bruit permanent de la seule pièce chauffée, où tout le monde se réunit, parle, crie, rit, vit.

Une famille, 10 adultes, 10 enfants. Le premier soir on a dessiné un arbre généalogique pour retenir le nom et la parenté de chaque personne.

Nous prenons plaisir à manger avec les doigts, à accéder à l’évier pour notre tour de vaisselle, et à participer aux cours des enfants, à l’école du village. Nous aimons nous balader dans la campagne environnante, avant d’aller chercher les vaches pour la traite ! Nous apprenons à rester inactive ! Et nous conversons avec les adultes en mime-albanais.

 

J’aime écouter le rire discret des femmes.

J’aime échanger des regards complices avec les enfants.

J’aime ne rien comprendre aux propos du papi, lui répondre « mire, mire » (phrase passe partout) et regarder son visage s’éclairer.

J’aime la fierté des hommes lorsque l’on s’intéresse à leur quotidien.

Je n’aime pas comprendre que les rapports hommes/femmes ne sont pas toujours égaux.

Mais j’aime qu’ils acceptent si facilement que nous soyons différentes.

J’aime cette place si particulière qu’ils nous ont réservé, à moitié invitées, à moitié nouvelles filles/sœurs.

J’aime les sourires de cette famille.

 

Merci à Osman et Anaïs, pour cette rencontre.

Je n’arrive plus à repartir !

Touchées par nos rencontres,

Adoptées par une famille,

Le Kosovo vibre dans nos cœurs !

Petit pays oublié de l’Europe,

Méconnu de la majorité,

Le Kosovo pleure dans nos yeux !

Deux voyageuses aux cœurs sensibles,

Un peuple qui se reconstruit,

Le Kosovo allume une flamme dans nos esprits !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s