Monténégro – Albanie

Lundi 24 et mardi 25 octobre !

Les dernières photos de Croatie.

C’est avec Ben, le cyclotouriste Allemand que nous poursuivons notre voyage.

Je passe une dernière nuit en hamac. A regarder les étoiles à travers les feuilles d’un olivier.

 

Mardi nous passons une première frontière avec la Bosnie, puis une deuxième 20m plus loin, avec le Monténégro ! En entrant en Bosnie nous apprenons à travers des propos plutôt agressifs, qu’il est interdit de prendre les frontières en photos. Si quelqu’un a une explication, je m’interroge encore sur le pourquoi ???  Et même si nous ressentons une forme d’abus de pouvoir dans les mots du douanier, nous nous plions à sa volonté, et effaçons nos photos. Mais je ressens un certain plaisir à savoir que ma gopro, placée à l’avant du vélo, et qui clignote quand elle est en marche, (mais que le douanier ne semble pas avoir vu) a filmé toute la scène !

 

Monténégro

Notre mauvaise humeur, retombe bien vite face au plaisir de pédaler dans un nouveau pays. Nous roulons (et prenons un ferry) jusqu’à Tivat, pour passer la soirée dans un appartement avec vue sur la ville, chez Frédéric (warmshowers). Bonne soirée, à raconter les voyages des uns et des autres, et riche en conseils sur la route à prendre pour la suite de notre aventure.

 

Mercredi 26 octobre !

Balade le long de la baie de Kotor.

Kotor !

Après avoir visité la ville, nous suivons les indications de Frédéric. Et prenons la direction des montagnes.

Arrivés au village de Trojica, nous demandons si nous pouvons planter nos tentes dans un jardin. Ils acceptent, et nous proposent de nous installer dans la maison de l’Oncle. La famille parle allemand, une chance que nous voyageons avec Ben. La maison de l’Oncle : 4 murs en béton, 2 petites fenêtres, 12m2. Nous rentrons les vélos. En rigolant, ils nous proposent de dormir sur la terrasse, mais pourtant c’est là, en plein air, que nous choisirons de passer la nuit. La famille est pauvre, mais nous invite à venir prendre une douche et un repas chez eux. L’eau est récoltée à une source, chauffée dans une bouilloire, pour être ensuite versée dans une bassine. Et tout ça, seulement pour se sentir propre ! Installés au chaud chez eux, au milieu des enfants, et petits enfants, nous mangeons du pain, de la soupe épicée, des poivrons grillées, des pommes de terres, et de la viande. Buvons du thé et des sodas, accompagnés de paquets de gâteau qu’ils continuent à ouvrir jusque tard dans la nuit. Ils n’ont rien, mais partage tout !

Et alors que nous sommes couchés, sur la terrasse, au chaud dans nos duvet, un petit groupe vient nous voir, s’inquiète du froid, et nous offre encore gâteaux et sodas. Contre les fringales nocturnes.

On ne dort pas de la nuit, non pas à cause du froid, ou de la faim, mais de la vingtaine de chiens errant qui aboient autour de nous.

dscn2038

Merci, pour tant de simplicité !

 

Jeudi 27 octobre !

On reprend la montée.

Ce soir on dort à 1000m de dénivelé. Dehors il fait 9°, mais la température chutera jusqu’à 3° dans la nuit. Vers 20h on rentre se mettre au chaud dans nos tentes. C’est le soir test pour nos duvets !

 

Vendredi 28 et samedi 29 octobre !

Nous montons et descendons dans les collines le long du lac de Skadarsko. C’est beau !

Sur la route on se fait offrir du fromage, du pain, des fruits. On goute aux vins, aux liqueurs (enfin pas trop, parce qu’après il faut pédaler).

Et les cafés. Je bois mes premiers capuccinos, parce qu’ici on ne refuse pas. Et j’imagine qu’à la fin de ce voyage, j’aurais appris à aimer le café (où à en boire sans faire la grimace).

 

Le soir on fait nos premiers feux, pour se tenir chaud.

Une routine s’installe lors de nos bivouac. Vers 15h30 on commence à chercher un coin sympa pour planter nos tentes, avant que le soleil ne se couche. On prendre une douche rapide au bidon, on monte les tentes, puis on ramasse du bois. On allume le feu et on s’assoit autour. Il est alors 17h, il fait nuit, et froid ! On joue, on écrit, on discute autour du feu, puis on mange, et on se couche tôt !

 

La journée on tire l’eau du puits, pour remplir nos gourdes, faire notre vaisselle et notre lessive.

On devient de vrai nomade. Et cette vie me plaît !

 

Albanie

Dimanche 30 et lundi 31 octobre !

Aujourd’hui nous traversons la frontière avec l’Albanie. Pour passer deux jours à Shkodër.

 

À l’entrée de la ville on rencontre Jamie. Un cyclotouriste écossais, avec qui nous décidons de chercher une auberge de jeunesse.

Visite de la ville de Shkodër !

 

Mardi 1 novembre !

Après une dernière photo tous ensemble devant l’auberge de jeunesse, nous quittons Ben. Qui poursuit sa route en direction de la Grèce, mais préfère au froid des montagnes Albanaises, un chemin plus chaud le long de l’Adriatique.

2

Nous perdons un compagnon pour un gagner un autre, puisque nous poursuivons la route avec Jamie, qui à lui aussi envie de visiter le Kosovo.

Son blog : http://www.bikeramble.com/blog/

Une journée à pédaler dans un décor magique, où nous rêvons d’ailleurs. Paysage désertique, vide de vie. La nature prédomine, le goudron s’efface pour laisser place à des chemins de terre et de cailloux. Nous roulons en Europe, mais nos esprits voyagent sur les pistes d’Asie centrale.

(Désolée, mais les photos n’illustrent pas vraiment mes propos!)

A 5kms de Koman, nous nous arrêtons pour la nuit. Demain nous poursuivrons notre voyage, par un autre moyen de transport. Parce qu’à Koman la route s’arrête. Vous pouvez vérifier sur googlemaps, nous n’avons pas eu d’autres choix que de prendre un bateau sur 25kms. La route reprenant seulement à Fierzë.

 

Mercredi 2 novembre !

Lors de notre traversée, le bateau/bus s’arrête prendre ou déposer des passagers. Pas d’infrastructure pour patienter, et seulement une passerelle pour monter ou descendre du bateau, qui lutte contre le courant pour se stabiliser. D’où viennent ces personnes, où vont-ils ? Et par quel chemin rejoignent-ils ces maisons isolées, perchées dans les montagnes ? Sans aucune route aux alentours, ils n’ont pas d’autres choix que ce bateau pour aller en ville, vendre leurs produits, et se réapprovisionner. Leurs vies semblent rudes, j’aimerais pourtant aller à leur rencontre, passer quelques temps parmi eux, partager leur quotidien. Peut être lors d’un prochain voyage !

Après un déjeuner à Fierzë, nous reprenons la route. Dépensons nos derniers Lek (monnaie Albanaise), car nous retrouverons les euros au Kosovo. Et profitons de la chaleur des derniers rayons du soleil, en nous émerveillant devant la beauté des paysages, avant la pluie et la froid du lendemain.

 

Et nous terminons notre journée en traversant la frontière avec le Kosovo.

dscn2175

See U Soon !

Prochain épisode au Kosovo !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s